5 suggestions politiques remarquablement branchées de Platon

5 suggestions politiques remarquablement branchées

Vous n’aimez pas la politique nationale ?

Moi, non plus. Mais je simule en considérant la politique nationale. Et ne le comprendriez-vous pas ? Juste au moment où vous pensez avoir développé une opinion spectaculaire, vous découvrez qu’une autre personne a fait la même suggestion il y a des siècles. Tant pis pour l’originalité.
Pourtant, il est fascinant de découvrir que vous partagez des points de vue avec des penseurs fantastiques.
Les experts en politique s’amusent à s’en prendre aux dirigeants politiques et à demander des comptes. Les têtes pensantes évaluent les plans de travail qui s’arrêtent et parlent d’alternatives dans toutes les formes de médias.
Moi ? Je prends tout ça, et après je retourne à mon homme, Platon. Il est surprenant de constater que peu de choses ont changé en politique. On pourrait certainement croire que nos dirigeants seraient un peu plus éclairés après plus de 2000 ans.
Platon a fait quelques observations concernant la politique qui sont extrêmement pertinentes aujourd’hui. Les chroniqueurs politiques ne font que reprendre les mêmes idées que celles dont Platon discutait avec ses copains à Athènes.
Vous ne me croyez pas ? Jetez un coup d’œil à ce que Platon avait à dire au deuxième siècle avant Jésus-Christ.

# 1 « Parmi les charges pour refuser de participer à la politique, il y a le fait que l’on finit par être gouverné par ses inférieurs. « Les personnes les plus intelligentes jettent un coup d’œil à la fonction politique et courent aussi dans l’autre sens. C’est peut-être sage, mais cela ne fait pas grand-chose lorsqu’il s’agit de changer le monde. Nous nous retrouvons avec des dirigeants qui ont le pouvoir ainsi que l’argent et l’ego nécessaires pour gagner une élection. Si vous voulez mon avis, c’est un peu comme se présenter à l’élection du chef d’État des étudiants au lycée. Les enfants vraiment sages ont ri de toute la procédure, roulant des yeux et secouant la tête avec dégoût. D’accord, c’est amusant, mais cela ne sert à rien. Nous devons trouver comment placer nos meilleurs penseurs dans des postes de direction, et nous devons également créer un système qui récompense l’honnêteté.

# 2 « La malédiction de moi et aussi de ma nation est que nous croyons toujours que les choses peuvent être améliorées par une action immédiate de quelque sorte, n’importe quelle sorte au lieu d’aucune sorte. » C’est le prix standard. Dans pratiquement tous les journaux de la planète, vous trouverez un éditorial dénonçant la stratégie « Agir maintenant, assumer plus tard ».
J’aime voir des leaders vraiment réfléchis. Vous reconnaissez… ceux qui évitent les réactions instinctives. Ceux qui prennent le temps de croire. C’est le fait d’assumer – et non le positionnement mondain – qui va certainement modifier le parcours de formation de l’humanité et nous faire entrer dans une ère de conscience.
Oh, attendez. Platon a également pensé à cela. Il a dit :

# 3 « Il n’y aura pas de fin aux difficultés des états, ou de l’humanité elle-même, jusqu’à ce que les penseurs deviennent rois sur ce globe, ou jusqu’à ce que ceux que nous appelons actuellement rois ainsi que dirigeants finissent réellement par être des penseurs, et que le pouvoir politique et la philosophie entrent dès lors dans les mêmes mains. »
L’approche doit devenir une partie intégrante de notre culture – dans la politique, la réglementation, l’organisation, l’art et le plaisir. Que faudra-t-il pour que nous valorisions le raisonnement ? Encore plus.

# 4 « Les bonnes personnes n’ont pas besoin de lois pour leur dire d’agir de manière responsable, tandis que les individus négatifs trouveront certainement un moyen de contourner les législations. »
Ah, oui. Celle-ci est ressortie à chaque fois qu’une toute nouvelle mesure est recommandée. On consacre tellement de temps à des réglementations visant un infime pourcentage d’individus qui sont bien décidés à contourner le système. Et si nous investissions notre temps et notre argent pour structurer de meilleurs individus ? Il s’agit d’un style éternel, qui mérite réflexion.

# 5 « Lorsque le dictateur s’est débarrassé des opposants étrangers par l’occupation ou par un traité, et qu’il n’y a absolument plus rien à craindre d’eux, il est toujours en train d’attiser une guerre ou une autre pour que le peuple ait besoin d’un leader. »
Cela vous dit quelque chose ? Sinon, vous n’avez pas vu le film « Wag The Dog ». Réelles, chorégraphiées ou simplement visualisées, les disputes ont tendance à stimuler un nid de frelons de la controverse. Cette idée est la structure de tous les philosophes de la conspiration.
Platon n’est pas mon seul gourou politique. Il y a beaucoup de penseurs fantastiques dont les points de vue sont partagés par les faiseurs et les observateurs de l’actualité.
 » Le nationalisme est une condition enfantine. C’est la rougeole de l’humanité. »
Albert Einstein a dit cela, et pourtant il ne faut pas être sorcier pour voir que le nationalisme sauvage est source de conflits.

Socrate était d’accord. Il a dit :

 » Je ne suis ni athénien ni grec, mais citoyen du monde. »
Nous avons besoin de plus de ce raisonnement à large vue. Il est important que nous créions la capacité d’assumer au-delà de nous-mêmes, de nos cours, et aussi des frontières politiques de notre nation.
Mais surtout, nous avons besoin de réfléchir. De toutes les citations concernant la politique nationale, voici celle qui me laisse de marbre :
 » Quelle chance pour les gouvernants que les hommes ne croient pas. »
Qui l’a dit ? Adolf Hitler.
Suffisamment revendiqué.

Laisser un commentaire